HUILE SUR TOILE - Ref 01708
par Edouard GOERG (1893-1969)
France, 1958

TOUJOURS LA VIE RECOMMENCE

acquis en 2017 de la collection personnelle d'Edouard Goerg

avec cadre: 62.5x53.4 cm
sans cadre : 55x46 cm
10F Format

Signé "E.Goerg" (voir photo)
Excellent état !


Conservé par le peintre, puis par sa famille depuis sa mort en 1969, ce tableau est apparu en 2017. Intitulé "Toujours la vie recommence", c'est une oeuvre crépusculaire. Testamentaire pourrait-on dire, tant la constatation qui y est faite est définitive. Le fait qu'il l'ait conservé jusqu'à sa mort tend à consolider cette vision. Loin des regards vides et des visages mortuaires de l'époque rebelle de l'expressionisme sarcastique, du témoignage terrifiant et compassionnel de la guerre d'Espagne, et des femmes-fleurs d'après la deuxième guerre mondiale, nous avons affaire ici à une forme d'abdication raisonnable, mais honnête. Cette idée que bien que tout change, rien ne change. Changent les époques, les acteurs, les idées, la même comédie occupe la société. Ayant renoncé à  l'idée de changer cette dernière, Goerg accepte le fait que la seule alternative consiste à s'y maintenir ou à s'y perdre. Mais s'y maintenir avec ses valeurs, en toute indépendance coûte que coûte.

L'admirateur de Jérôme Bosch nous livre ici une composition inspirée. La main de Dieu, seule expression de la beauté physique dans cette oeuvre, descend des cieux pour donner la vie. Symboliquement, elle tient un oeuf qui dispense l'élément duquel les protagonistes humains trouvent naissance, et dans lequel ils s'agitent et louvoyent plus qu'ils n'imposent. Belle allégorie de la société. Quatre personnages, deux femmes et deux hommes évoluent dans ce marigot sociétal. L'homme du premier plan, au visage roublard, évolue en toute aisance. Son corps est souple, flexible, adaptable. La femme de gauche l'observe avec admiration. Manifestement, cet homme-là est à sa place et suscite le ravissement. L'homme de droite aux épaules massives et enveloppées, montre une inadaptation physique à l'activité qu'il est en train d'effectuer.  Il s'agite, se démène pour se maintenir à flots, son visage exprime l'effort, voire l'épuisement. Mais il assume. Il fait avec ce qu'il a, avec ce qu'il est. L'autre femme lui témoigne la plus grande indifférence. Ce qui n'est pas le cas de l'archange démoniaque (récurrent dans les oeuvres de Bosch) au corps rabougri,  qui mène la danse et tient ce personnage, on comprend le peintre, sous sa dépendance comme pour s'en amuser. Comme ce personnage ne peut changer de corps, Goerg ne peut changer de valeurs. Il fait avec. N'avait-il pas déclaré au critique Roger Brielle : "Des indépendants, des hommes sensibles et justes, voilà ce que nous devons nous efforcer de rester en ce monde en désarroi". Goerg en sera venu à l'expressionisme narratif pour nous livrer une allégorie bilancielle de son moi profond et de sa condition.


prix, nous consulter : georges@montmartre-montparnasse.com