Home

Retour à l'accueil - Cette page contient la biographie du peintre


RECEMMENT VENDU
Biographie

Joseph Huvey est né le 28 avril 1844 au hameau de Belmont dans la commune de Chavanoz (Isère), mort à Lyon le 24 avril 1919.

Son père, Benjamin, est ouvrier dans la fabrique de fils de fer de la Forge de Belmont où il met en œuvre ses connaissances et son expérience acquise dans les fabriques d'aiguilles de L'Aigle (Orne), commune dont il est originaire.

Sa mère, Jeanne Daviet, s'occupe seule de ses trois enfants encore en bas-âge.

Le jeune Joseph est élevé et formé dans ce milieu industriel où à côté de ses connaissances techniques se révèlent une aptitude et un goût très sûr pour le dessin. A vingt ans, il est conduit à diriger une fabrique d'aiguilles et s'installe rue du Pont de la Gare à Lyon, dans un quartier en pleine expansion entre la gare d'eau et la gare ferroviaire de Vaise.
La Légion du Rhône

Survient la guerre de 1870. Joseph est incorporé dans la 1ère Légion de Mobilisés du Rhône. En décembre 1870 et janvier 1871, il participe avec elle aux combats de Châteauneuf-en-Auxois (Côte d'or), de Nuits-Saint-Georges (Côte d'Or), de Villersexel (Haute-Saône) et enfin d'Héricourt (Haute-Saône). Après cette dernière bataille, la Légion du Rhône suit l'Armée Bourbaki dans sa retraite jusqu'en Suisse où les soldats sont internés avant leur libération quelques mois plus tard.

Ainsi, il n'aura rien vu de la Commune lyonnaise et des manifestations révolutionnaires qui ont agité la ville entre le 28 septembre 1870 et le 1er mai 1871.

Joseph Huvey reprit-il sa place au sein de la fabrique ? S'employa-t-il auprès de l'Aiguillerie de Vaise Teste Père et Fils ? Ces questions restent pour l'instant sans réponse.
L'Ecole des Beaux-Arts

Cédant sans doute à une passion ancienne, bien servie par le talent et l'expérience, il rentre en 1872 à l'Ecole des Beaux-Arts de Lyon, siège de la fameuse Ecole de peinture de Lyon.

Il y apprend à apporter un soin extrême aux matériaux et à leur mise en œuvre. Ses tableaux porteront toujours la trace d'une exécution minutieuse. Son thème de prédilection sera le paysage, la nature rustique, sauvage et pure. Il sera particulièrement séduit par les paysages savoyards avec leurs pics, leurs gorges, leurs lacs, leurs glaciers et l'incomparable lumière qui les nimbe.

Il réside alors 12, rue Bodin. A partir de son mariage avec Françoise Accary en 1887, il s'établit 113 boulevard de la Croix-Rousse.

Les sites de résultats de ventes aux enchères ne cessent de confondre Joseph Huvey avec Louis Huvey. Cependant, la technique et le style sont très différents.

(source : Francis Moreau)