Délicieuse aquarelle de James WARD (1769-1859) - Angleterre, 1830-1840. La famille du pêcheur. Dimensions: Vue: 20 "x14,6" (51x37 cm), Avec cadre: 26,6 "x21,5" (67,5x54,5 cm). Le cadre est doré à la feuille d'or. Non signé. Achetée en 1959 en vente publique par un président magistrat de Bruxelles, cette aquarelle a été expertisée comme de James Ward par la célèbre Galerie Fievez (maison de vente aux enchères), rue du Grand Cerf, Bruxelles, Belgique, en 1959

 Insolé, le papier a été collé sur une autre feuille de papier en raison de très petits "trous de mites" et d'un petit manque de papier (près du bas du toit à gauche, voir flèche). Quelques griffures. Vous trouverez ci-dessous une photo qui s'agrandit largement en cliquant dessus et qui vous permettra d'examiner l'oeuvre en détail 

Ref 03300






cliquer sur la photo ci-dessus pour examiner l'oeuvre en détail

  


Né à Londres et frère cadet de William Ward, graveur, James Ward a été influencé par de nombreuses personnes, mais sa carrière est conventionnellement divisée en deux périodes : jusqu'en 1803, sa plus grande influence fut son beau-frère George Morland; puis, ce fut Rubens. À partir de 1810 environ, Ward commence à peindre des chevaux dans des paysages ; un peu plus tard, il se tourne vers des paysages à très grande échelle, dont Gordale Scar (Tate, Londres), achevé en 1814 ou 1815 et représentant Gordale Scar (Yorkshire), considéré comme son chef-d'œuvre et une oeuvre remarquable de la peinture romantique anglaise.

Ward consacre une grande partie de la période 1815-21 à la peinture d'une œuvre gigantesque intitulée Waterloo Allegory (aujourd'hui perdue); elle ne fut pas très appréciée et n'apporta pas à Ward les revenus espérés. Cette regretable expérience se couple alors avec la mort de sa première femme et de sa fille. Comme de nombreux artistes de l'époque, Ward obtient des commandes de la haute noblesse représentant leurs chevaux et chiens de chasse préférés, ou leurs enfants.

L'une de ces familles que Ward a peintes et dessinées à plusieurs reprises, et qu'il comptait parmi ses amis, était la famille Levett de Wychnor Park, Staffordshire. L'un des portraits les plus connus de Ward est sa chasse de Theophilus Levett à Wychnor, Staffordshire de 1817. Un autre représente Le révérend Thomas Levett et ses chiens (1811). Ward a également peint les trois enfants Levett réunis - John, Theophilus et Frances Levett. (Pour les Levetts, voir le lien vers l'exposition Ward au Yale Center for British Art.)

En 1830, Ward déménage à Cheshunt (Hertfordshire) avec sa deuxième épouse, mais il continue de travailler, en particulier sur les thèmes religieux. Un accident vasculaire cérébral en 1855 met fin à son travail et il meurt dans la pauvreté.

James Ward futt l'un des artistes les plus remarquables de l'époque, son style singulier et sa grande habileté l'ont placé au-dessus de la plupart de ses contemporains, influençant de manière marquée la croissance de l'art britannique. Considéré comme l'un des grands peintres d'animaux de son temps, James a produit des oeuvres historiques, des portraits, des paysages et des scènes de genre. Il commença comme graveur, formé par William, qui ensuite grava une grande partie de son travail. Le partenariat entre William et James Ward produisit le meilleur de l'art anglais, leur grande compétence technique et leur talent artistique ayant conduit à des planches qui reflètent la grâce et le charme de l'époque. Il fut admis comme membre de la Royal Academy en 1811.

L'un des tableaux les plus connus de Ward, Le cerf voleur, fut commandé en 1823 pour la somme de 500 guinées par le mécène de Ward, Theophilus Levett. À la fin des travaux, Levett se déclara ravi du résultat et le rémunéra de 600 guinées. Par la suite, Ward aurait reçu une offre de 1.000 guinées pour la peinture d'un aristocrate, qu'il refusa. Le tableau est maintenant accroché à la Tate de Londres.